La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
Biocoop
ALIMENTATION BIOLOGIQUE ET ÉCOPRODUITS

Aujourd'hui Lundi

Ouvert de 09h00 à 19h00

CINE-RENCONTRE Les sentinelles

CINE-RENCONTRE Les sentinelles

Le 19/02/2018

Biocoop CHOLET
Proposée par le Cinéclub choletais, en présence du réalisateur du film, Pierre Pézerat.

Synopsis :

Josette Roudaire et Jean-Marie Birbès étaient ouvriers, en contact avec l'amiante. Paul François, agriculteur, a été intoxiqué par un pesticide de Monsanto, le Lasso. Henri Pézerat, chercheur au CNRS, a marqué leurs vies en les aidant à se battre pour que ces crimes industriels ne restent pas impunis… La justice s’est-elle prononcée pour les responsables du grand mensonge de l'amiante ? Que fera-t-elle pour ceux de la catastrophe annoncée des pesticides ?

Liens pour en savoir plus :

- le site du film : https://www.les-sentinelles.org/

- le site AlloCiné : détails, critiques, secrets de tournage : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=250415.html

- la bande-annonce : https://www.les-sentinelles.org/bande-annonce/



Pierre Pézerat

Après une longue carrière à TF1 en tant que technicien sur les plateaux et les régies, puis comme responsable technique pour le journal de TF1, Pierre Pézerat décide au lendemain de sa retraite de réaliser le tournage du film Les Sentinelles. Il part à la rencontre des victimes de l’amiante et des pesticides et livre un film bouleversant et émouvant sur ces personnages qui sont devenus, malgré eux, « des sentinelles du milieu environnemental ».

Donner la parole à ceux que l'on entend jamais

Ce qui intéresse Pierre Pezerat, ce sont ces "hommes et ces femmes qu'on n'entend jamais nulle part, qui du haut de leur commune absence du moindre diplôme, nous délivrent quelques messages où l'intelligence, en plus du sentiment de révolte, s'est invitée au premier rang". Le metteur en scène poursuit :

"Ce qui, à l'heure où certains écoutent avec intérêt les discours simplistes basés sur la haine de l'autre, est un contre-point réconfortant. D'autre part, face au rouleau compresseur de la pensée, qu'est le dogme de la consommation-croissance, ils réaffirment des principes fondamentaux de la vie en société. Rien ne justifie qu'on mette la vie d'autrui en danger, et surtout pas les bénéfices financiers. Jouer sur la peur de faire perdre son emploi à quelqu'un, le forcer à accepter ainsi des conditions de travail qui détruisent sa santé et même sa fierté d'être humain, est quelque chose de criminel, n'en déplaise aux tenants de la dérégulation économique. Et ce sont les sentinelles qui le disent."




Retour