La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
logo magasin
Biocoop
ALIMENTATION BIOLOGIQUE ET ÉCOPRODUITS

Aujourd'hui Jeudi

Ouvert de 09h00 à 19h00

HOTMILK FILM MAKERS, le festival du court-métrage 100% choletais !

HOTMILK FILM MAKERS, le festival du court-métrage 100% choletais !

Du 22/09/2017 au 24/09/2017

Biocoop CHOLET
Cette année, Biocoop Cholet sponsorise ce festival car les valeurs des réalisateurs correspondent
tout-à-fait à celles de Biocoop ! Rendez-vous en salles ...

Le festival du court-métrage « Hotmilk film makers » a lieu à Cholet du 22 au 24 septembre pour sa 5ème édition. Nous sommes le partenaire du film de clôture : Everest Green.

Everest green est un film documentaire sur la pollution du mont Everest suite à 70 ans d’alpiniste. Il a été produit par le Choletais Yoann Luis et les images sont à couper le souffle !

La séance ciné-rencontre se fera en présence des deux producteurs, Yoann Luis et Axel Zeiliger et du chef opérateur Robin Pogorzelki.


Bande-annonce du film =>



Le Festival sur les réseaux sociaux : Facebook - Twitter - Instagram - YouTube - Google +

Des tonnes de déchets sur l'Everest : le monde doit savoir !

  Everest Green est un film sur l'expédition éponyme débutée le 5 avril 2017 au Népal pour nettoyer les pentes de l'Everest et promouvoir un alpinisme responsable. 10 sherpas évacueront jusqu'à 4 tonnes de déchets depuis les camps d'altitude au péril de leur vie.

  Derrière le récit de l'expédition, c'est une urgence environnementale et sociale que met en avant Everest Green en soulignant l'incompatibilité des valeurs de la montagne et des décharges à ciel ouvert qui jalonnent l'Himalaya aujourd'hui.

  Everest Green sera projeté Dimanche 24 septembre à 14h au Cinémovida de Cholet. Réservez vos places !




Le projet Everest Green

La plus haute poubelle du monde

Tout part d’un constat inquiétant qui a suscité une question inédite : « l’homme peut-il polluer la planète jusqu’à son sommet ? ». Hélas, OUI ! En effet, l’an dernier, un sherpa spécialement missionné a estimé entre 4 à 5 tonnes la masse de déchets présente sur l’Everest entre le camp de base et le camp 4 (à 8.000 mètres d’altitude soit à encore 848 mètres du sommet). On y trouve notamment des bouteilles d’oxygène vides, des cordes, des vêtements, des canettes et toutes sortes de détritus abandonnés par les alpitouristes. La terrible avalanche de 2014 ou le tremblement de terre de 2015 n’ont rien arrangé puisque beaucoup de matériel a été abandonné dans la précipitation. Bref, le toit du monde devient petit à petit une vraie poubelle à ciel ouvert.

Consciente de cette situation, l’association Montagne et Partage a décidé de mettre sur pied le projet baptisé « Everest Green » qui constitue un véritable nettoyage de printemps pour l’un des sommets les plus célèbres du monde. Entre mi-avril et mi-mai, une expédition franco-népalaise a donc collecté des déchets sur les pentes de l’Everest et les a redescendus au camp de base où ils ont été triés et ensuite acheminés à dos de yack jusqu’à Namche Bazar. De là, la filière du recyclage continue puisqu’une partie des déchets est traitée en Inde alors que les piles sont ramenées en France.

L’enjeu de cette dépollution est aussi majeur que symbolique car le projet Everest Green a évidemment une large vocation de sensibilisation. L’objectif est d’attirer l’attention sur le problème de la pollution en montagne mais plus largement au Népal où il n’existe aucune filière de recyclage des déchets.




Retour